FSU 44
Tel : 02.40.35.96.55
Fax : 02.40.35.96.56
Courriel : fsu44@fsu44.org

Maison des syndicats
8, place de la Gare de l'Etat
44276 Nantes Cedex 2
Accueil du sitePour 44Journal départemental 2014-2015
Éditorial
RÉUSSIR LE 9 AVRIL ET LUI DONNER DES SUITES
Didier HUDE



Le 9 avril une action nationale grèves et manifestations interprofessionnelles est organisée partout à l’initiative de la CGT, de FO, de Solidaires et de la FSU. En Loire-Atlantique, nos quatre organisations, depuis la rentrée 2014, ne cessent de porter la nécessité d’une telle initiative pour que le gouvernement renonce à faire des choix contraires à l’intérêt des salariés et des retraités. Le marasme social s’aggrave chaque jour un peu plus, ouvrant la voie aux pires perspectives moins par adhésion populaire aux thèses d’extrême droite ou de droite extrême que par profonde déception du gouvernement, mais aussi du régime présidentiel.

La loi Macron est un aveu énorme de prolongement d’une politique inspirée par les fausses modernités et les faux progrès. C’est une loi de régression qui porte en elle la remise en cause du contrat de travail et derrière elle une cascade de dégradations qui toucheront très vite l’ensemble des salariés, y compris les fonctionnaires. Il nous faut tous, quels que soient nos statuts salariés, ou nos régimes de retraite, nous investir dans la réussite du 9 avril. Il en va aussi – et il n’est en rien agréable de l’écrire – de notre capacité à infléchir la politique publique actuelle pour ouvrir d’autres perspectives sociales, en particulier pour les générations montantes.

Nous avons affirmé en 2012 que ce régime n’avait pas le droit à l’échec et qu’il lui fallait tenir ses promesses, ses engagements portés lors du discours « du Bourget ». Ce n’était pas une formule de circonstance. En oubliant une large part de ses engagements, en poursuivant non seulement la doctrine de l’austérité mais aussi les représentations toutes faites des énarques et fausses élites qui président à nos destinées, ce régime a signé sa faillite. Mais cette dernière est aussi l’échec actuel d’autres composantes de la société, dont le syndicalisme. Comme la classe politique, il est divisé entre ceux qui accompagnent ou se résignent et ceux qui, bien qu’ils luttent, ne parviennent pas à s’unir vraiment pour ouvrir d’autres perspectives de progrès pour tous.

Face à la sanction politique annoncée du gouvernement il nous revient, par notre mobilisation, de donner un signal populaire pour rompre avec les voies sans issues qui ne sont que des leurres cyniquement qualifiés de « modernes ». En Grèce, il a fallu des mois de travail commun et treize grèves générales de plus en plus suivies pour qu’enfin le peuple dans sa majorité exprime d’autres choix que celui de subir la loi de LA finance.

Le 9 avril doit être réussi mais il doit avoir des suites. Les fonctionnaires doivent comprendre que leur solidarité avec l’ensemble des salariés est essentielle. L’Histoire en ce sens est précieuse d’enseignements : lorsqu’une césure s’opère dans la société entre les couches moyennes et les classes populaires, chaque fois le populisme de droite s’engouffre et cultive les pires dérives politiques. Ne reproduisons pas ce scénario tragique et mobilisons-nous. La FSU doit prendre toute sa place aux côtés des autres syndicats, en toute indépendance politique.

Didier HUDE

 

Publié le lundi 23 mars 2015  par FSU 44
popularité : 3%
Dernière mise à jour : mardi 25 juin 2019 | Statistiques des visites : 1504 aujourd'hui - 1704 hier - 1104274 depuis le début