FSU 44
Tel : 02.40.35.96.55
Fax : 02.40.35.96.56
Courriel : fsu44@fsu44.org

Maison des syndicats
8, place de la Gare de l'Etat
44276 Nantes Cedex 2
Accueil du siteSection départementale de Loire-AtlantiqueLa FSU dans les micros
PENDANT CE TEMPS LÀ...
Catherine TUCHAIS



Voilà des semaines, voilà des mois, que les un·es et les autres, dans nos champs professionnels, dans notre quotidien, prenant sur nos samedis, nos soirées, nos nuits, nous construisons et tentons avec nos moyens de faire durer des mobilisations pour un monde de justice et de solidarité, un monde par toutes et tous habitable, aujourd’hui et demain.

Face aux mots de la colère le gouvernement a cru pouvoir nous mystifier en étalant un grand débat qui n’a pas cherché à répondre aux souffrances populaires mais qui en a en au contraire détourné l’objet. Ce qu’a permis ce simulacre de « Parle ! je t’écoute » c’est de vérifier en un temps record la surdité et l’aveuglement de ce gouvernement dont on en attendait d’ailleurs pas moins. Car pendant ce temps là, eh bien les ministres ont continué la mise en œuvre de leurs réformes destructrices, sans en modifier aucunement l’orientation politique libérale, celle-là même responsable des souffrances et des exaspérations des citoyen.ne.s. Pendant que Macron se pavanait, manches blanches retroussées faisant celui qui s’intéresse, ses sbires s’activaient à parachever le chantier de démolition : détérioration du régime des retraites, détournement des droits en matière de solidarité sociale - travail, chômage et santé en premier lieu-, démantèlement des services publics - éducation, finances publiques, emploi … - et du statut de ceux et celles qui le font vivre. Malgré les alarmes, malgré les analyses, malgré les soulèvements, la violence de cette politique de relégation n’a été en rien modifiée. Ils ne voient que par elle. Ils ne regardent ni n’entendent le peuple.

Car oui, pendant ce temps là… A l’éducation nationale, Blanquer se fend d’une loi dite « Ecole de la confiance », qui à elle seule montre comment ce gouvernement se complait dans sa surdité, en privant encore un peu plus les citoyens de services publics proches et accessibles. Là c’est l’éducation qui est visée, l’école, celle où l’on peut encore aller à pied, où l’on croise d’autres parents, les enseignants, celle où l’on peut encore prendre le temps de discuter du quotidien de nos enfants, celle où ainsi faisant on peut se parler, se connaître, se comprendre et faire quelque chose ensemble. Elle est là la confiance, elle existe uniquement grâce à cela, à la proximité, à la facilité d’accès, à ce temps pris et donné.

De la maternelle à l’université, les enseignantes et enseignants, avec les parents, les lycéens et les étudiants, se mobilisent pour défendre le service public d’éducation. Comme dans tous les services publics, alors que jamais ils n’ont autant été réclamés pour être également accessibles sur tout le territoire, le secteur de l’éducation lourdement menacé dit son refusde la dispersion des moyens au profit de la privatisation, son refus de techniques managériales qui ne visent que le contrôle et la mise au pas des personnels, son refus d’un service public à double vitesse qui organise le tri social dès le plus jeune âge. Les réformes à l’œuvre vont supprimer des écoles, supprimer des postes de professeurs, mettre à mal la proximité géographique de ces services. Les réformes du lycée vont dans le même sens du tri social et des inégalités sur les territoires. Tous les élèves n’auront pas accès aux spécialités mises en place selon là où ils habitent. Avec ParcourSup et l’augmentation des frais d’entrée, aller à l’université n’est plus aujourd’hui un droit mais le fruit d’une sélection selon des critères opaques, inégalitaires et discriminatoires.

La seule préoccupation du gouvernement encore une fois : faire des économies sur le dos de nos droits les plus fondamentaux. Sur tout le territoire, l’heure est aux coupes sèches de services, alors qu’ils font les frais depuis des décennies, avec la RGPP et la MAP, d’une cure d’amaigrissement qui tourne à la purge pure et simple. Les chiffres de l’INSEE himself sont tristement éloquents : depuis 10 ans c’est moins 24 % d’écoles, moins 31 % de centres d’impôt, moins 36 % debureaux de postes, moins 41 % de maternités. Et une à une les voies des petites lignes de train sont rendues au paysage, à l’heure où sonne l’alarme de l’urgence climatique. Il y a dans tout cela une « violence qui ne tue pas encore » pour reprendre Simone Weil, la violence institutionnelle qui fabrique de l’exclusion et de la précarité. De cela Macron est responsable.

Pendant que nous exigeons sans relâche une société qui donne le meilleur pour toutes et tous, le gouvernement aligne les citoyen.nes sur ce qui se fait de pire. Les atteintes au droit du travail et à des conditions de travail protectrices, permises aujourd’hui par la réforme du code du travail dans le privé, servent de modèle à la réforme de la fonction publique : précarisation, flexibilité, mise en compétition des salariés, fusion des CT et des CHSCT pour affaiblir le travail des syndicats… C’est la pire règle appliquée pour toutes et tous, celle qui est au service de l’ordre économique libéral où chacun et chacune doit être disponible et prompte à être déplacé ou remplacé au gré des exigences du capital.

Le constat est sombre, et amère sur nos défaites aussi. Mais nous ne devons pas nous résigner. Et si nous sommes là, c’est pour inlassablement dire à ce gouvernement qu’il ne peut continuer d’ignorer la capacité de résistance de celles et ceux qui ne veulent plus subir. De celles et ceux à qui on demande sur un ton paternaliste et condescendant d’être responsables – de leur avenir, de leur parcours, de leur budget, de leur planète - alors qu’on les prive depuis trop longtemps de toute légitimité à intervenir dans le débat public sur des décisions qui les concernent. Nous sommes nombreux.seuses à ne pas baisser les bras : retraités qui se mobilisent en nombre depuis des mois, jeunes qui se mettent en grève pour le climat ou pour un système éducatif juste, salariés de pôle emploi qui refusent de procéder au contrôle des privés d’emploi, Gilets jaunes qui chaque samedi depuis 5 mois se mobilisent contre toutes les formes de mépris et pour la justice sociale, …. Etre aujourd’hui ici réunis, c’est se redonner des forces et faire entendre de façon conjointe que ce n’est plus à nous de rendre toujours les comptes quand ceux et celles qui sont en haut de l’échiquier n’en rendent aucun et quand sont servis d’abord les plus repus.

C’est retrouver des temps et des espaces pour unir nos revendications communes mais aussi affronter et rendre féconds nos désaccords, hors de nos solitudes et de nos relégations. Cette journée, comme toutes nos mobilisations depuis ces derniers mois, vient dire un refus commun, celui d’un monde qui sépare et isole, qui laisse trop d’entre nous sur le côté et qui oublie de protéger les générations à venir. Les violences policières sans précédents ont été la seule réponse aux mobilisations portant revendications sociales, augmentation des salaires et des retraites et réclamant plus de justice fiscale. Le gouvernement a montré là son vrai visage, celui d’un pouvoir autoritaire voulant faire passer en force le traditionnel message thatchérien : « Il n’y a pas d’alternative ! ».

Alors nous devons continuer de montrer que si des alternatives il y en a. Nous devons continuer de nous retrouver pour dire notre refus absolu d’une politique qui culpabilise les plus fragiles et ne protège que les forts, qui ignore les difficultés liées à la mobilité, à la multiplication des tâches, à l’impossibilité de trouver du temps et du sens. Pour maintenir l’espoir et pour ne pas leur laisser croire que le chemin est libre, nous devons continuer de nous retrouver et d’être dans la rue pour dire notre désir commun de vivre dans un monde respirable et juste, et notre souci d’humanité qui doit rester la seule fin à défendre pour être et vivre debout.

 

Publié le mardi 19 mars 2019  par FSU 44
popularité : 4%
Articles de cette rubrique
  1. PENDANT CE TEMPS LÀ...
    19 mars 2019

  2. ÉGALITÉ HOMME - FEMME ET SERVICES PUBLICS
    12 mars 2019

  3. DISCOURS FSU LOIRE-ATLANTIQUE :
    GRÈVE INTERPROFESSIONNELLE 12 DÉCEMBRE 2018

    17 décembre 2018

  4. DISCOURS FSU LOIRE-ATLANTIQUE :
    GRÈVE INTERPROFESSIONNELLE 9 OCTOBRE 2018

    9 octobre 2018

  5. DISCOURS FSU LOIRE-ATLANTIQUE
    GRÈVE FONCTIONS PUBLIQUES, SNCF, EDF...

    23 mars 2018

  6. GRÈVE DU 12 SEPTEMBRE 2017
    CONTRE LA LOI TRAVAIL

    20 septembre 2017

  7. 1er MAI 2017
    1er mai 2017

  8. MOBILISATION DES RETRAITÉ-E-S LE 29 SEPTEMBRE 2016
    2 octobre 2016

  9. GRÈVE DU 15 SEPTEMBRE 2016 CONTRE LA LOI TRAVAIL
    15 septembre 2016

  10. GRÈVE DU 19 MAI 2016
    CONTRE LE PROJET DE LOI TRAVAIL

    19 mai 2016

  11. 1er MAI 2016
    1er mai 2016

  12. GRÈVE DU 28 AVRIL 2016
    CONTRE LE PROJET DE LOI TRAVAIL

    28 avril 2016

  13. GRÈVE DU 31 MARS 2016
    CONTRE LE PROJET DE LOI TRAVAIL

    31 mars 2016

  14. 1er MAI 2015
    1er mai 2015

  15. GRÈVE INTERPROFESSIONNELLE DU 9 AVRIL 2015
    9 avril 2015

  16. GR ?VE FONCTION PUBLIQUE 15 MAI 2014
    15 mai 2014

  17. 1er MAI 2014
    1er mai 2014

  18. Emploi, les salaires et la protection sociale : GR ?VE ET MANIFESTATIONS DU 18 MARS 2014
    18 mars 2014

  19. Réforme de la semaine scolaire :
    GREVE ET MANIFESTATIONS DU 5 D ?CEMBRE 2013

    5 décembre 2013

  20. Réforme de la semaine scolaire :
    GREVE ET MANIFESTATIONS DU MERCREDI 13 NOVEMBRE 2013

    14 novembre 2013

  21. RETRAITES : MANIFESTATION ET GR ?VE MARDI 15 OCTOBRE 2013
    15 octobre 2013

  22. RETRAITES : MANIFESTATION ET GR ?VE DU 10 SEPTEMBRE 2013
    10 septembre 2013

  23. 1er MAI 2013
    1er mai 2013

  24. MANIFESTATIONS DU 9 AVRIL 2013 CONTRE L ??A.N.I. "S ?CURISATION DE L ??EMPLOI"
    11 avril 2013

  25. MANIFESTATIONS DU 5 MARS 2013 CONTRE L ??A.N.I. "S ?CURISATION DE L ??EMPLOI"
    9 mars 2013

  26. GR ?VE "RYTHMES SCOLAIRES" DU MARDI 12 F ?VRIER 2013
    12 février 2013

  27. GR ?VE FONCTION PUBLIQUE LE 31 JANVIER 2013
    1er février 2013

  28. JOURN ?E D’ACTION DE LA CONF ?D ?RATION EUROP ?ENNE DES SYNDICATS : POUR L ??EMPLOI ET LA SOLIDARIT ? EN EUROPE
    14 novembre 2012

  29. ACTION D ?PARTEMENTALE POUR LE MAINTIEN DE TOUS LES EMPLOIS DE LA NAVALE ET SES SOUS-TRAITANTS  ? SAINT-NAZAIRE
    23 mai 2012

  30. 1er MAI 2012
    1er mai 2012

  31. MOBILISATION SOCIALE INTERPROFESSIONNELLE UNITAIRE  ? L ??APPEL DE LA CONF ?D ?RATION SYNDICALE EUROP ?ENNE DU 29 F ?VRIER 2012
    29 février 2012

  32. GR ?VE UNITAIRE  ?DUCATION DU 15 D ?CEMBRE 2011
    19 décembre 2011

  33. JOURN ?E D’ACTION DU 11 OCTOBRE 2011
    11 octobre 2011

  34. JOURN ?E DE GR ?VE  ?DUCATION DU 10 F ?VRIER 2011
    11 février 2011

  35. JOURN ?E NATIONALE DE L ?? ?DUCATION NATIONALE DU COLLECTIF "L’ ?DUCATION EST NOTRE AVENIR"
    22 janvier 2011

  36. JOURN ?E D ??ACTION DU 23 NOVEMBRE 2010
    23 novembre 2010

  37. CONTRE LA R ?FORME DES RETRAITES
    7 septembre 2010

  38. 1er MAI 2010
    4 mai 2010

  39. MOBILISATION INTER-PROFESSIONNELLE UNITAIRE DU 23 MARS 2010
    24 mars 2010

  40. ACTION D ?PARTEMENTALE INTERSYNDICALE : D ?FENSE DE L’EMPLOI LE 3 MARS 2010
    3 mars 2010

  41. ACTION INTERSYNDICALE NATIONALE EMPLOI ET POUVOIR D’ACHAT DU 13 JUIN 2009
    13 juin 2009

  42. 1er MAI 2009
    1er mai 2009

  43. GR ?VES ET DES MANIFESTATIONS INTERPROFESSIONNELLES DU 19 MARS 2009
    19 mars 2009

  44. GR ?VE UNITAIRE INTERPROFESSIONNELLE DU 29 JANVIER 2009
    4 février 2009

  45. MANIFESTATION DU 17 JUIN 2008 POUR LA D ?FENSE DES RETRAITES ET DES 35 HEURES
    21 juin 2008

  46. LE 1er MAI 2008
    1er mai 2008

  47. MANIFESTATION LE 24 JANVIER 2008 : PRIV ?, PUBLIC POUR L ??AUGMENTATION DES SALAIRES, LA D ?FENSE DE L ??EMPLOI ET DES MISSIONS DE SERVICE PUBLIC.
    24 janvier 2008

  48. LA MANIFESTATION CONTRE LES PROJETS DE XAVIER DARCOS LE 20 NOVEMBRE 2007
    21 novembre 2007

  49. MANIFESTATIONS LE 18 OCTOBRE 2007 POUR LES SERVICES PUBLICS, LES R ?GIMES SP ?CIAUX, LA REVALORISATION DES SALAIRES, LA D ?FENSE DES PR ?CAIRES ET DES MINIMA SOCIAUX
    18 octobre 2007

  50. GR ?VE DE LA FONCTION PUBLIQUE DU 8 F ?VRIER 2007
    8 février 2007

Dernière mise à jour : mardi 30 juillet 2019 | Statistiques des visites : 0 aujourd'hui - 1327 hier - 1148227 depuis le début