FSU 44
Tel : 02.40.35.96.55
Fax : 02.40.35.96.56
Courriel : fsu44@fsu44.org

Maison des syndicats
8, place de la Gare de l'Etat
44276 Nantes Cedex 2
Accueil du siteSection départementale de Loire-AtlantiqueLa FSU dans les micros
Discours commun UD CGT, Solidaires, FSU Loire-Atlantique
Réforme de la semaine scolaire :
GREVE ET MANIFESTATIONS DU MERCREDI 13 NOVEMBRE 2013



Depuis des semaines, sur notre département, dans ses plus grandes villes, la gronde s’est installée face à une réforme des rythmes scolaires qui se présente comme étant un véritable gâchis. Avec un temps suffisant de véritable concertation on aurait pu travailler la question fondamentale des programmes scolaires et en déduire une nouvelle organisation de ce temps scolaire. On aurait pu se donner le temps suffisant, avec les représentants des maires de France, pour ne déduire les conséquences en termes d’emplois municipaux et ce que cela pouvait supposer comme recrutements ou nouvelles filières, nouveaux cadres d’emplois à construire. On aurait pu, avec les associations complémentaires à l’école, examiner les partenariats à nouer, les formations à mettre en place pour professionnaliser le domaine périscolaire et assurer, par des emplois enfin reconnus et non précaires, la qualité des activités qui nous est vantée dans la réforme. On aurait pu surtout, avec les parents, travailler la question des rythmes de vie qui sont les leurs, de ce qu’ils ont comme répercussion sur ceux de leurs enfants. On aurait pu intégrer dans la réflexion les conséquences financières à terme pour les familles, comme pour les finances publiques.

Mais non, rien de tout cela. Des questions d’affichage politique autant que d’ego mal placé font que ce gouvernement fait, par pure précipitation, une grave erreur de gouvernement supplémentaire. C’est à croire que ce qui importe ce n’est pas la finalité de l’école, c’est plutôt la manière dont on peut marquer le moment. Mais une réforme, surtout si elle se veut d’ampleur, commande au nom de la raison même de prendre le temps de rassembler ses différents acteurs dans une intention partagée. C’est le b.a.-ba du dialogue social.

Le gâchis actuel est imputable au ministre, à un gouvernement qui bâcle sa copie et réussit le tour de force de prendre à rebrousse-poil de catégories sociales qui a priori peuvent lui être favorables. Ni les enseignants, ni les personnels municipaux, ni les animateurs ne sont contre les réformes, au contraire. Nous ne sommes pas des conservateurs crispés. L’école va mal, nous le savons tous. Les parents vont mal parce que dans les milieux populaires nous voyons chaque jour les dégâts du chômage que l’austérité aggrave au lieu de guérir. Réformer il le faut ! Mais pas comme ça. Avec une autre ambition que celle-là. D’ailleurs il faudrait que le ministre et sa majorité politique, ses accompagnateurs syndicaux et associatifs, se rendent compte du fossé inutile qui est en train de se creuser.

La sagesse voudrait qu’on suspende immédiatement la réforme des rythmes scolaires pour reprendre la réflexion sur des bases saines. En 2008, les tenants de l’ex gouvernement, qui s’offusquent vertueusement aujourd’hui, ont volé aux élèves de la République deux heures hebdomadaires d’école. Deux heures de culture partagée. C’était un bout de RGPP appliquée à l’école primaire et maternelle. La réforme des rythmes, aujourd’hui, ne s’interroge pas sur cette réduction. Pourtant ce larcin politique porté par la droite parlementaire expose les enfants des milieux les plus démunis aux inégalités sociales, économiques et culturelles. La réforme Peillon, précipitée, mal concertée, substitue aujourd’hui à ces deux heures de culture scolaire volées en 2008, deux heures de temps éducatif que les communes ne sont pas en mesure de toujours garantir en qualité. Le plus souvent, à l’aide d’une législation bricolée et dégradée mise en place par jeunesse et sports, les animateurs périscolaires sont payés à moindre coût. Ou bien on oblige des personnels territoriaux à encadrer ces activités en allongeant leurs horaires en modifiant leurs postes.

D’une commune à l’autre, les bouts de ficelles ici, ou des budgets plus conséquents là, ne font qu’accroître les inégalités des territoires.

Le ministre Peillon est enseignant d’origine. Il dit s’être entouré de chronobiologistes. Comment, quand on est un professionnel de l’éducation, peut-on penser qu’on peut bousculer la vie quotidienne en maternelle, même en primaire, par la succession d’une multitude d’intervenants, sans compromettre la fatigabilité et l’attention pendant les heures d’école ? Le résultat n’est pas convaincant : les enfants passent plus de temps dans les locaux scolaires dans des activités plus morcelées.

Les enfants des milieux populaires n’ont pas trop d’école. Certes, aujourd’hui, ils n’y sont pas heureux, s’y ennuient souvent. Ils y souffrent comme beaucoup de citoyens dans cette république inégalitaire. Mais la problématique des rythmes n’a pas pour volonté de traiter la question stratégique des finalités de l’école. Elle relève d’un autre objectif.

L’investissement périscolaire est supposé relever d’un double souci social et pédagogique. Il apporte la variété, l’ouverture culturelle. Mais en réalité, il pose une autre question, celle de l’entrée des municipalités dans le programme et le projet éducatif local. En faisant mine de peler des œufs, on entre dans une logique de marché et d’appel d’offres auprès des mairies. On pourra confier bientôt au privé, y compris via les copains des associations, un plaçou périscolaire. On est dans le contre-pied de Condorcet. Lui, au nom de la laïcité, il voulait protéger l’école des lobbies et pouvoirs locaux grâce à un service national. Aujourd’hui, on ouvre grand le boulevard des inégalités territoriales et du marché scolaire aux appétits de pouvoirs locaux. Construire les partenariats avec l’école, supposait d’abord border les risques de municipalisation qui surgissent partout où des élus se piquent désormais d’être des ingénieurs de l’école communale.

Reprenons toute la réflexion, arrêtons le gâchis, oui aux réformes dès lors qu’elles respectent tous les acteurs. Mais celle des rythmes est à suspendre immédiatement. Remettons l’ouvrage sur le métier à partir des finalités de l’Ecole. Une autre école est possible !

 

Publié le jeudi 14 novembre 2013  par FSU 44
popularité : 5%
Articles de cette rubrique
  1. DISCOURS FSU LOIRE-ATLANTIQUE :
    GRÈVE INTERPROFESSIONNELLE 9 OCTOBRE 2018

    9 octobre 2018

  2. DISCOURS FSU LOIRE-ATLANTIQUE
    GRÈVE FONCTIONS PUBLIQUES, SNCF, EDF...

    23 mars 2018

  3. GRÈVE DU 12 SEPTEMBRE 2017
    CONTRE LA LOI TRAVAIL

    20 septembre 2017

  4. 1er MAI 2017
    1er mai 2017

  5. MOBILISATION DES RETRAITÉ-E-S LE 29 SEPTEMBRE 2016
    2 octobre 2016

  6. GRÈVE DU 15 SEPTEMBRE 2016 CONTRE LA LOI TRAVAIL
    15 septembre 2016

  7. GRÈVE DU 19 MAI 2016
    CONTRE LE PROJET DE LOI TRAVAIL

    19 mai 2016

  8. 1er MAI 2016
    1er mai 2016

  9. GRÈVE DU 28 AVRIL 2016
    CONTRE LE PROJET DE LOI TRAVAIL

    28 avril 2016

  10. GRÈVE DU 31 MARS 2016
    CONTRE LE PROJET DE LOI TRAVAIL

    31 mars 2016

  11. 1er MAI 2015
    1er mai 2015

  12. GRÈVE INTERPROFESSIONNELLE DU 9 AVRIL 2015
    9 avril 2015

  13. GR ?VE FONCTION PUBLIQUE 15 MAI 2014
    15 mai 2014

  14. 1er MAI 2014
    1er mai 2014

  15. Emploi, les salaires et la protection sociale : GR ?VE ET MANIFESTATIONS DU 18 MARS 2014
    18 mars 2014

  16. Réforme de la semaine scolaire :
    GREVE ET MANIFESTATIONS DU 5 D ?CEMBRE 2013

    5 décembre 2013

  17. Réforme de la semaine scolaire :
    GREVE ET MANIFESTATIONS DU MERCREDI 13 NOVEMBRE 2013

    14 novembre 2013

  18. RETRAITES : MANIFESTATION ET GR ?VE MARDI 15 OCTOBRE 2013
    15 octobre 2013

  19. RETRAITES : MANIFESTATION ET GR ?VE DU 10 SEPTEMBRE 2013
    10 septembre 2013

  20. 1er MAI 2013
    1er mai 2013

  21. MANIFESTATIONS DU 9 AVRIL 2013 CONTRE L ??A.N.I. "S ?CURISATION DE L ??EMPLOI"
    11 avril 2013

  22. MANIFESTATIONS DU 5 MARS 2013 CONTRE L ??A.N.I. "S ?CURISATION DE L ??EMPLOI"
    9 mars 2013

  23. GR ?VE "RYTHMES SCOLAIRES" DU MARDI 12 F ?VRIER 2013
    12 février 2013

  24. GR ?VE FONCTION PUBLIQUE LE 31 JANVIER 2013
    1er février 2013

  25. JOURN ?E D’ACTION DE LA CONF ?D ?RATION EUROP ?ENNE DES SYNDICATS : POUR L ??EMPLOI ET LA SOLIDARIT ? EN EUROPE
    14 novembre 2012

  26. ACTION D ?PARTEMENTALE POUR LE MAINTIEN DE TOUS LES EMPLOIS DE LA NAVALE ET SES SOUS-TRAITANTS  ? SAINT-NAZAIRE
    23 mai 2012

  27. 1er MAI 2012
    1er mai 2012

  28. MOBILISATION SOCIALE INTERPROFESSIONNELLE UNITAIRE  ? L ??APPEL DE LA CONF ?D ?RATION SYNDICALE EUROP ?ENNE DU 29 F ?VRIER 2012
    29 février 2012

  29. GR ?VE UNITAIRE  ?DUCATION DU 15 D ?CEMBRE 2011
    19 décembre 2011

  30. JOURN ?E D’ACTION DU 11 OCTOBRE 2011
    11 octobre 2011

  31. JOURN ?E DE GR ?VE  ?DUCATION DU 10 F ?VRIER 2011
    11 février 2011

  32. JOURN ?E NATIONALE DE L ?? ?DUCATION NATIONALE DU COLLECTIF "L’ ?DUCATION EST NOTRE AVENIR"
    22 janvier 2011

  33. JOURN ?E D ??ACTION DU 23 NOVEMBRE 2010
    23 novembre 2010

  34. CONTRE LA R ?FORME DES RETRAITES
    7 septembre 2010

  35. 1er MAI 2010
    4 mai 2010

  36. MOBILISATION INTER-PROFESSIONNELLE UNITAIRE DU 23 MARS 2010
    24 mars 2010

  37. ACTION D ?PARTEMENTALE INTERSYNDICALE : D ?FENSE DE L’EMPLOI LE 3 MARS 2010
    3 mars 2010

  38. ACTION INTERSYNDICALE NATIONALE EMPLOI ET POUVOIR D’ACHAT DU 13 JUIN 2009
    13 juin 2009

  39. 1er MAI 2009
    1er mai 2009

  40. GR ?VES ET DES MANIFESTATIONS INTERPROFESSIONNELLES DU 19 MARS 2009
    19 mars 2009

  41. GR ?VE UNITAIRE INTERPROFESSIONNELLE DU 29 JANVIER 2009
    4 février 2009

  42. MANIFESTATION DU 17 JUIN 2008 POUR LA D ?FENSE DES RETRAITES ET DES 35 HEURES
    21 juin 2008

  43. LE 1er MAI 2008
    1er mai 2008

  44. MANIFESTATION LE 24 JANVIER 2008 : PRIV ?, PUBLIC POUR L ??AUGMENTATION DES SALAIRES, LA D ?FENSE DE L ??EMPLOI ET DES MISSIONS DE SERVICE PUBLIC.
    24 janvier 2008

  45. LA MANIFESTATION CONTRE LES PROJETS DE XAVIER DARCOS LE 20 NOVEMBRE 2007
    21 novembre 2007

  46. MANIFESTATIONS LE 18 OCTOBRE 2007 POUR LES SERVICES PUBLICS, LES R ?GIMES SP ?CIAUX, LA REVALORISATION DES SALAIRES, LA D ?FENSE DES PR ?CAIRES ET DES MINIMA SOCIAUX
    18 octobre 2007

  47. GR ?VE DE LA FONCTION PUBLIQUE DU 8 F ?VRIER 2007
    8 février 2007

Dernière mise à jour : mardi 9 octobre 2018 | Statistiques des visites : 1178 aujourd'hui - 600 hier - 829171 depuis le début