FSU 44
Tel : 02.40.35.96.55
Fax : 02.40.35.96.56
Courriel : fsu44@fsu44.org

Maison des syndicats
8, place de la Gare de l'Etat
44276 Nantes Cedex 2
Accueil du siteSection départementale de Loire-AtlantiqueLa FSU dans les micros
Discours à Nantes et St-Nazaire
GR ?VE FONCTION PUBLIQUE LE 31 JANVIER 2013
Didier HUDE



Fonction Publique Territoriale

Dans notre pays le statut de fonctionnaire a été mis en place pour tenir les agents publics à l’écart des risques de corruption et des pressions politiques. Mais la fonction publique territoriale reste la plus exposée aux risques de clientélismes et aux proximités politiciennes. En France un fonctionnaire sur cinq relève de salaires voisins du SMIC mais dans la territoriale c’est près de quatre sur cinq ! La notion de cadre d’emploi permet de jouer et d’abuser de conditions de travail, de sous payer aussi nombre d’agents.

Les travailleurs sociaux en savent quelque chose. Ils sont coincés entre les pauvres et les marchés organisés du travail social. La crise économique et financière, les politiques nationales d’austérité, le désengagement de l’État, génèrent précarité et chômage de masse, paupérisation et surendettement, mal logement et sans domicile. Ils fragilisent les liens intrafamiliaux. Les dispositifs sociaux ne font qu’accompagner la progression des inégalités et des injustices. Les droits sociaux sont de moins en moins garantis. Partout dans la territoriale on se heurte à un manque de moyens, à une dégradation des conditions de travail. La réalité de la fonction publique dans les communes et les départements c’est la pénurie de personnel, les redéploiements, les réorganisations incessantes, les atteintes aux métiers, les remises en cause des qualifications, la généralisation de l’informatisation qui fait traiter la vie en statistiques. C’est la perte d’autonomie d’intervention. C’est la mise sous pression et la dilution organisée en communautés de communes qui vient redistribuer les cartes politiques et les compétences.

Il faut être bien naïf ou mal intentionné pour affirmer que l’acte III de la décentralisation peut garantir une meilleure qualité de service public de proximité. Car la territoriale est victime des mêmes tendances aux privatisations dans les communes de droite comme de gauche. Nantes en est une illustration, Saint-Nazaire aussi. La territoriale est sous payée et toujours déclassée en catégories B et C.

Depuis deux années consécutives les salaires de la fonction publique sont gelés. En 10 ans, les fonctionnaires ont perdu 11 %. Cela fera fin 2013 près d’un mois un demi par an ! Vous rendez-vous compte ! Un mois et demi. Et ce gouvernement de gauche nous dit que le glissement de carrière et les primes garantissent une progression de salaire ! Allez parler de carrière aux agents de catégorie C qui gagnent un SMIC à vie. Ces propos des ministres sont honteux d’autant plus quand ils prétendent venir de gauche.

Augmentation des cotisations sociales, micro réforme cosmétique des retraites sur les carrières longues, maintien de la journée de carence instaurée sous Sarkozy… Après huit mois de Hollande et Ayrault on voit bien qu’il n’y a pas rupture avec les politiques d’austérité du précédent gouvernement. Les travailleurs pauvres, la territoriale connaît. Les services d’œuvres sociales sont débordés par les demandes de secours d’agents rencontrant les pires difficultés pour payer leurs factures de gaz, d’électricité, de cantine scolaire, de crèches... En quelques coups de menton le patronat a réussi à se faire entendre, obtenant que le gouvernement revienne sur ses promesses d’engager une nouvelle répartition des richesses, en s’attaquant notamment à la finance. Il a accordé 20 milliards d’argent public, sous forme de cadeaux fiscaux, aux entreprises privées, sans contreparties ni contrôle, dans le cadre du « Pacte de Compétitivité ». Mais à l’inverse, toutes les réponses aux demandes syndicales sur le pouvoir d’achat, les carrières, les retraites, l’amélioration des services publics sont différées. Accablant ! Quand les logiciels de droite sont à gauche le changement tire la couverture sur la peau de ses dents.

Fonction Publique Education

Le changement ? Quel changement ?

Le président a changé. Le gouvernement a changé. Le ministre de l’éducation a changé. Une loi de refondation est aujourd’hui expédiée. Les rythmes scolaires vont changer. Mais ces changements maintiennent des réformes contestées.

Qu’on soit enseignant, personnel administratif, d’éducation ou d’orientation une chose est bien claire il y a de la casse dans les salaires, dans les conditions de travail et d’emploi. La crise du recrutement enseignant en collèges et lycées ne provient pas seulement d’une sélection après la licence. Elle provient aussi d’une grille de salaires qui n’a plus d’attraction face à des classes surchargées, des réunions chronophages, des postes découpés, une vie scolaire étiolée, des décrets non respectés.

Même si tout ne peut se faire en un jour ou un an, le doute est désormais affirmé. Le gouvernement actuel ne change pas profondément de cap sur nombre de réformes portées par le gouvernement précédent. L’acte III de la décentralisation promet à terme l’orientation aux régions. Elle transfère des responsabilités pour l’enseignement professionnel avec tous les risques d’adéquation des formations aux bassins d’emploi et besoins du patronat local dans le second degré, l’apprentissage et une bonne part de l’enseignement supérieur. Les logiques sont les mêmes : au nom du dogme libéral de la dette publique on ratiocine, on transfère, on maquille du socle commun éducatif sur des logiques qui accompagnent les inégalités sociales. Réformer oui ! Mais pour une autre réforme, pour revisiter les programmes dans l’intérêt réel des élèves, pas avec comme souci premier la calculette en mains. La première refondation à opérer c’est déjà refonder la méthode du dialogue sans contourner la véritable représentation des personnels, sans concéder le cadre de la pensée à la technocratie du haut encadrement des énarques, ni aux accompagnateurs politiciens du dialogue social. Le dialogue, le vrai, n’a rien à voir avec la République des copains !

La question des rythmes scolaires est une caricature de méthode ratée, de rendez-vous ruiné alors que la FSU - ayant condamné la semaine de 4jours – ne remet nullement en cause un retour à neuf demi-journées ! Mais pas comme ça. Pas à la va-vite, pas sous la pression des maires de France, pas sous la pression des parents, pas en faisant des dégâts collatéraux dans l’animation périscolaire et extrascolaire. Car finalement, la réforme Peillon ne fait pas que municipaliser en partie l’école et renvoyer les disciplines d’éveil à la périphérie du temps scolaire : elle passe à côté des élèves. Ils seront toujours aussi longtemps dans l’école, mais avec des organisations différentes de ce temps qui ne présentent aucune garantie de meilleurs apprentissages. Cette réforme est mal faite, mal pensée, mal concertée mais pire : elle atteindra un autre objectif que celui affiché.

Une vraie refondation, partant des intérêts des élèves et ayant précaution à revaloriser les différents métiers de l’éducation – dans l’Ecole et dans le périscolaire comme à l’ACCOORD de Nantes, l’ARPEJ de Rezé, l’OMJ de Saint-Nazaire ou Saint-Herblain ; une vraie refondation prendrait le temps d’associer de manière concertée et ajustée les parents, les enseignants et les éducateurs reconnus comme concepteurs de leurs activités. Le milieu a capacité à penser les méthodes à mettre en œuvre pour faire progresser les élèves et appréhender les temps de l’enfant. La concertation fait défaut parce que non seulement elle est technocratique mais aussi parce que la réforme recouvre d’autres intentions pour territorialiser et redistribuer les responsabilités éducatives. Le changement n’effraie en rien la FSU, ce sont plutôt les lobbies qui sont à l’œuvre dans les coulisses qui aident à faire du sens et qui sont inquiétants.

Didier HUDE

 

Publié le vendredi 1er février 2013  par FSU 44
popularité : 11%
Articles de cette rubrique
  1. DISCOURS FSU LOIRE-ATLANTIQUE
    GRÈVE FONCTIONS PUBLIQUES, SNCF, EDF...

    23 mars 2018

  2. GRÈVE DU 12 SEPTEMBRE 2017
    CONTRE LA LOI TRAVAIL

    20 septembre 2017

  3. 1er MAI 2017
    1er mai 2017

  4. MOBILISATION DES RETRAITÉ-E-S LE 29 SEPTEMBRE 2016
    2 octobre 2016

  5. GRÈVE DU 15 SEPTEMBRE 2016 CONTRE LA LOI TRAVAIL
    15 septembre 2016

  6. GRÈVE DU 19 MAI 2016
    CONTRE LE PROJET DE LOI TRAVAIL

    19 mai 2016

  7. 1er MAI 2016
    1er mai 2016

  8. GRÈVE DU 28 AVRIL 2016
    CONTRE LE PROJET DE LOI TRAVAIL

    28 avril 2016

  9. GRÈVE DU 31 MARS 2016
    CONTRE LE PROJET DE LOI TRAVAIL

    31 mars 2016

  10. 1er MAI 2015
    1er mai 2015

  11. GRÈVE INTERPROFESSIONNELLE DU 9 AVRIL 2015
    9 avril 2015

  12. GR ?VE FONCTION PUBLIQUE 15 MAI 2014
    15 mai 2014

  13. 1er MAI 2014
    1er mai 2014

  14. Emploi, les salaires et la protection sociale : GR ?VE ET MANIFESTATIONS DU 18 MARS 2014
    18 mars 2014

  15. Réforme de la semaine scolaire :
    GREVE ET MANIFESTATIONS DU 5 D ?CEMBRE 2013

    5 décembre 2013

  16. Réforme de la semaine scolaire :
    GREVE ET MANIFESTATIONS DU MERCREDI 13 NOVEMBRE 2013

    14 novembre 2013

  17. RETRAITES : MANIFESTATION ET GR ?VE MARDI 15 OCTOBRE 2013
    15 octobre 2013

  18. RETRAITES : MANIFESTATION ET GR ?VE DU 10 SEPTEMBRE 2013
    10 septembre 2013

  19. 1er MAI 2013
    1er mai 2013

  20. MANIFESTATIONS DU 9 AVRIL 2013 CONTRE L ??A.N.I. "S ?CURISATION DE L ??EMPLOI"
    11 avril 2013

  21. MANIFESTATIONS DU 5 MARS 2013 CONTRE L ??A.N.I. "S ?CURISATION DE L ??EMPLOI"
    9 mars 2013

  22. GR ?VE "RYTHMES SCOLAIRES" DU MARDI 12 F ?VRIER 2013
    12 février 2013

  23. GR ?VE FONCTION PUBLIQUE LE 31 JANVIER 2013
    1er février 2013

  24. JOURN ?E D’ACTION DE LA CONF ?D ?RATION EUROP ?ENNE DES SYNDICATS : POUR L ??EMPLOI ET LA SOLIDARIT ? EN EUROPE
    14 novembre 2012

  25. ACTION D ?PARTEMENTALE POUR LE MAINTIEN DE TOUS LES EMPLOIS DE LA NAVALE ET SES SOUS-TRAITANTS  ? SAINT-NAZAIRE
    23 mai 2012

  26. 1er MAI 2012
    1er mai 2012

  27. MOBILISATION SOCIALE INTERPROFESSIONNELLE UNITAIRE  ? L ??APPEL DE LA CONF ?D ?RATION SYNDICALE EUROP ?ENNE DU 29 F ?VRIER 2012
    29 février 2012

  28. GR ?VE UNITAIRE  ?DUCATION DU 15 D ?CEMBRE 2011
    19 décembre 2011

  29. JOURN ?E D’ACTION DU 11 OCTOBRE 2011
    11 octobre 2011

  30. JOURN ?E DE GR ?VE  ?DUCATION DU 10 F ?VRIER 2011
    11 février 2011

  31. JOURN ?E NATIONALE DE L ?? ?DUCATION NATIONALE DU COLLECTIF "L’ ?DUCATION EST NOTRE AVENIR"
    22 janvier 2011

  32. JOURN ?E D ??ACTION DU 23 NOVEMBRE 2010
    23 novembre 2010

  33. CONTRE LA R ?FORME DES RETRAITES
    7 septembre 2010

  34. 1er MAI 2010
    4 mai 2010

  35. MOBILISATION INTER-PROFESSIONNELLE UNITAIRE DU 23 MARS 2010
    24 mars 2010

  36. ACTION D ?PARTEMENTALE INTERSYNDICALE : D ?FENSE DE L’EMPLOI LE 3 MARS 2010
    3 mars 2010

  37. ACTION INTERSYNDICALE NATIONALE EMPLOI ET POUVOIR D’ACHAT DU 13 JUIN 2009
    13 juin 2009

  38. 1er MAI 2009
    1er mai 2009

  39. GR ?VES ET DES MANIFESTATIONS INTERPROFESSIONNELLES DU 19 MARS 2009
    19 mars 2009

  40. GR ?VE UNITAIRE INTERPROFESSIONNELLE DU 29 JANVIER 2009
    4 février 2009

  41. MANIFESTATION DU 17 JUIN 2008 POUR LA D ?FENSE DES RETRAITES ET DES 35 HEURES
    21 juin 2008

  42. LE 1er MAI 2008
    1er mai 2008

  43. MANIFESTATION LE 24 JANVIER 2008 : PRIV ?, PUBLIC POUR L ??AUGMENTATION DES SALAIRES, LA D ?FENSE DE L ??EMPLOI ET DES MISSIONS DE SERVICE PUBLIC.
    24 janvier 2008

  44. LA MANIFESTATION CONTRE LES PROJETS DE XAVIER DARCOS LE 20 NOVEMBRE 2007
    21 novembre 2007

  45. MANIFESTATIONS LE 18 OCTOBRE 2007 POUR LES SERVICES PUBLICS, LES R ?GIMES SP ?CIAUX, LA REVALORISATION DES SALAIRES, LA D ?FENSE DES PR ?CAIRES ET DES MINIMA SOCIAUX
    18 octobre 2007

  46. GR ?VE DE LA FONCTION PUBLIQUE DU 8 F ?VRIER 2007
    8 février 2007

Dernière mise à jour : jeudi 5 juillet 2018 | Statistiques des visites : 0 aujourd'hui - 0 hier - 781768 depuis le début