FSU 44
Tel : 02.40.35.96.55
Fax : 02.40.35.96.56
Courriel : fsu44@fsu44.org

Maison des syndicats
8, place de la Gare de l'Etat
44276 Nantes Cedex 2
Accueil du siteSection locale de St-NazaireDiscours de la FSU
à St-Nazaire
Saint-Nazaire
1er MAI 2014
Erick LERMUSIAUX



Aujourd’hui, 1er Mai, le discours devrait être une fête. L’an passé, nous chantions… mais à la FSU, à Saint-Nazaire, LA voix nous manque.

Aujourd’hui, 2014, le discours n’est que ce que doivent entonner les travailleurs : un discours de luttes.

Luttes

Lutte… contre le Pacte de responsabilité signé avec le sang des salariés, des retraités et des chômeurs

Un pacte irresponsable, dramatique de conséquences. Il nous enfoncera dans la crise sociale et économique.

Remplacer des cotisations sociales employeurs par des prélèvements sur les ménages c’est une baisse du pouvoir d’achat… encore accentuée par le gel des prestations sociales (allocations familiales, aides à la garde d’enfant et au logement).

Exonérer les entreprises des cotisations familiales, c’est les déresponsabiliser de l’investissement social de la politique familiale qui permet aux familles d’offrir aux enfants accueil, éducation, santé… ces enfants, adultes de demain, futurs salariés des entreprises.

Lier cotisations sociales et coût du travail, c’est leurrer son monde quand de nombreuses comparaisons internationales montrent que les pays qui ont de fortes cotisations employeurs versent de plus faibles salaires nets.

Ce n’est pas la peine de chercher la responsabilité dans ce pacte… n’oublions pas sa première dénomination : pacte de compétitivité qui traduisait son origine libérale… Les grands patrons, plus soumis aux diktats de la finance que soucieux de l’intérêt général vont encaisser leurs 35 milliards. Ils ne donneront rien. Ils n’embaucheront pas… ça rapporte plus de spéculer que de produire dans l’industrie. Ils préfèrent brader Alsthom ou délocaliser l’usine Seita de Carquefou en Pologne.

Lutte… contre les 70 milliards de réduction des dépenses publiques… (Je ne me trompe pas… il y a bien LES 50 milliards promis au MEDEF et à la Commission européenne, plus 10 milliards nécessaires pour financer le Pacte de responsabilité, plus 10 milliards pour le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) qui n’étaient pas financé.) Ces 70 milliards assécheront notre économie, accroîtront la récession, tout en diminuant notre bien-être collectif. Le gouvernement en ayant les yeux fixés sur les taux d’intérêt est aveugle aux besoins de la France d’en bas, en flattant les finances écrase ceux qui produisent les richesses, en voulant réduire les déficits augmente la dette. (Les déficits sont passé de 5,3 à 4,3 % et la dette, elle de 85,9 à 94,3 % du PIB).

S’attaquer aux Services Publics, à la protection sociale, aux collectivités territoriales, c’est continuer de prendre aux pauvres de l’argent public pour donner aux riches en prétendant que les riches vont redonner aux pauvres…

Lutte… pour se faire entendre… Ah mais oui, j’oubliai… Le président Hollande a entendu les électeurs… il a nommé Manuel Valls premier ministre, a choisi un ancien secrétaire d’état aux affaires européennes de Nicolas Sarkosy comme secrétaire général de l’Elysée… a annoncé un volet « justice sociale » au pacte d’irresponsabilité.

Dans son pacte de Solidarité, Manuel Valls se vante de « procurer 500 euros par an de salaire net supplémentaire »… en baissant les cotisations sociales payées par les salariés. Ce qu’il accorde de la main gauche, il le retire de la main droite. Ce sont les salariés qui financeront l’augmentation de leur salaire net en voyant diminuer leur salaire socialisé, les cotisations sociales. Le manque à gagner pour la sécu sera financé par les impôts (des salariés, des retraités…), ou certains devront renoncer à se soigner (des salariés, retraités et chômeurs bien sûr).

Cette proposition s’attaque au fondement de notre Protection sociale issue du Conseil National de la Résistance : les cotisations sociales, le salaire mutualisé, qui permettent la redistribution à chacun selon ses besoins en cas de maladie, de chômage, de famille nombreuse, de besoin de logement, d’accident du travail ou de retraite. C’est une proposition qui était dans un programme de candidat aux dernières élections présidentielles… celui de Marine Le Pen. Elle est bien le pendant au Pacte de Responsabilité pour démanteler la Sécurité sociale.

Les fondements de cette politique

Cette politique est destinée à plaire à la Troïka, à la finance, aux banquiers et spéculateurs… « le véritable adversaire » du candidat Hollande… mais pas du Président Hollande !

Une vision libérale pour laquelle les baisses des salaires et du coût du travail (la baisse des charges) sont la seule politique possible.

Depuis le premier dispositif d’exonération sur les bas salaires de juillet 1993 se succèdent les exonérations des cotisations sociales employeurs… Après plus de vingt ans, les évaluations de ces différentes mesures montrent que s’il y a un effet positif sur l’emploi, le coût annuel est exorbitant pour les finances publiques : près de 75 000 euros pour chacun de ces emplois … il est de 44 000 euros par emploi pour les exonérations accordées aux entreprises en contrepartie de la mise en place des 35 heures… de 10 000 euros pour les créations directes d’emplois aidés.

Et pour l’Etat… une seule politique budgétaire possible, revenir au seuil de déficit de 3% du PIB… critère retenu par l’Europe depuis Masstricht pour imposer son orthodoxie budgétaire et soumettre les peuples de Grèce, du Portugal, d’Espagne… de France à l’austérité nécessaire pour continuer d’augmenter les dividendes des actionnaires. Une référence devenue cardinale sans vertu… inventée en France en 1982 pour justifier la politique de rigueur de François Mitterrand, « fruit des circonstances » dépourvu du moindre sens économique comme l’a confié son inventeur Guy Abeille à La Tribune dans un article d’octobre 2010.

Si on veut contenir les déficits, il faut prendre l’argent là où il existe, chez les gros, pas chez les petits. Il faut des mesures fiscales sur les 84 milliards de dividendes, sur les 80 milliards de fraudes fiscales, sur les 590 milliards d’avoirs français dans les paradis fiscaux. Il faut faire contribuer les 1% qui détiennent 25% de nos richesses.

Une autre politique, c’est possible !

Préserver la répartition des richesses du travail est nécessaire pour éviter la fracture démocratique. Pour ça il faut inverser le mouvement actuel qui affaiblit la part des salaires et augmente celle des dividendes des actionnaires.

Revaloriser les minima sociaux, restaurer les comptes de la sécu, investir dans l’hôpital public et la santé c’est possible ! Revenir sur la réforme injuste des retraites et des dégradations des 20 dernières années c’est possible ! Augmenter les salaires c’est possible ! Renouer avec le plein emploi au lieu d’accepter un taux de chômage structurel voulu par les patrons, c’est possible !
Tout est possible mais pas aux ordres du patronat et des cercles de réflexion désormais communs aux libéraux dits sociaux et aux capitalistes ordinaires.

Unis contre l’austérité

Nous attendions le changement, maintenant c’est l’austérité…
En ce jour funeste, la FSU garde en mémoire les noms des députés qui ont définitivement trahis les salariés et continuera d’œuvrer pour persuader ces mêmes salariés que le changement de notre destin commun est entre nos mains. Il suffit juste de le vouloir ensemble.

Nous devrions « Tous ensemble » être unis contre cette austérité de « gauche »… mais c’est oublié un peu vite qu’il existe un syndicalisme d’accompagnement.

Pour nous qui nous réclamons d’un syndicalisme de transformation sociale l’unité n’est pas suffisante en soi… nous nous battrons avec les salariés, les retraités, les privés d’emploi, avec les jeunes pour que l’argent et son cortège d’accompagnateurs n’imposent pas leurs lois, pour que le système de répartition joue pleinement son rôle, pour conquérir de nouveaux droits.

Les temps peuvent et doivent changer.

C’est pourquoi le 15 mai les agents des trois versants de la Fonction Publique seront en grève et dans la rue, les retraités le 3 juin et parce qu’il le faudra en interprofessionnel pour un printemps social.

Erick Lermusiaux

 

Publié le  avril 2014  par FSU St-Nazaire
popularité : 6%
Articles de cette rubrique
  1. GRÈVE ÉDUCATION NATIONALE
    DISCOURS FSU SAINT-NAZAIRE 12 NOVEMBRE 2018

    12 novembre 2018

  2. GRÈVE INTERPROFESSIONNELLE
    DISCOURS FSU SAINT-NAZAIRE 9 OCTOBRE 2018

    octobre 2018

  3. GRÈVE FONCTIONS PUBLICS :
    DISCOURS INTERSYNDICAL SAINT-NAZAIRE 22 MAI 2018

    mai 2018

  4. 1er MAI 2018
    mai 2018

  5. GRÈVE INTERPROFESSIONNELLE :
    DISCOURS FSU SAINT-NAZAIRE 19 AVRIL 2018

    avril 2018

  6. GRÈVE FONCTIONS PUBLICS, SNCF, EDF... :
    DISCOURS FSU SAINT-NAZAIRE 22 MARS 2018

    mars 2018

  7. GRÈVE CONTRE LA LOI TRAVAIL :
    DISCOURS FSU SAINT-NAZAIRE 12 SEPTEMBRE 2017

    septembre 2017

  8. 1er MAI 2017
    mai 2017

  9. GRÈVE CONTRE LA LOI TRAVAIL :
    DISCOURS FSU SAINT-NAZAIRE 15 SEPTEMBRE 2016

    septembre 2016

  10. RETRAIT DE LA LOI TRAVAIL :
    DISCOURS DE LA FSU ST-NAZAIRE 5 JUILLET 2016

    juillet 2016

  11. GRÈVE CONTRE LA LOI TRAVAIL :
    DISCOURS FSU SAINT-NAZAIRE 2 JUIN 2016

    juin 2016

  12. GRÈVE CONTRE LA LOI TRAVAIL :
    DISCOURS FSU SAINT-NAZAIRE 28 JUIN 2016

    juin 2016

  13. GRÈVE CONTRE LA LOI TRAVAIL :
    DISCOURS FSU SAINT-NAZAIRE 26 MAI 2016

    mai 2016

  14. DISCOURS FSU SAINT-NAZAIRE 17 MAI 2016
    mai 2016

  15. DISCOURS FSU SAINT-NAZAIRE 9 AVRIL 2016
    avril 2016

  16. DISCOURS FSU SAINT-NAZAIRE 24 MARS 2016
    mars 2016

  17. DISCOURS FSU SAINT-NAZAIRE 17 MARS 2016
    mars 2016

  18. 1er MAI 2014
    avril 2014

  19. DISCOURS FSU À SAINT-NAZAIRE 25 JANVIER 2011
    25 janvier 2011

  20. LE DISCOURS DE LA FSU À SAINT NAZAIRE LE 6 NOVMBRE 2010
    7 novembre 2010

  21. Le Discours de la FSU à la manifestation du 28 octobre 2010 à St-Nazaire
    28 octobre 2010

  22. Le Discours de la FSU à la manif du 19 octobre à St-Nazaire
    20 octobre 2010

  23. Le Discours de la FSU à la manif du 12 octobre à St nazaire
    19 octobre 2010

  24. DISCOURS DE LA FSU À SAINT-NAZAIRE LE 12 OCTOBRE 2010
    12 octobre 2010

  25. DISCOURS DE LA FSU DE SAINT-NAZAIRE DU 12 OCTOBRE 2010
    12 octobre 2010

  26. Le discours de la FSU à la manif du 2/10/2010
    4 octobre 2010

  27. LE DISCOURS DE LA FSU À LA MANIF DU 23/9/2010
    23 septembre 2010

  28. LE DISCOURS DE LA FSU NANTES St NAZAIRE LE 7 SEPTEMBRE 2010
    8 septembre 2010

  29. Discours FSU pour le 19 Mars à Saint Nazaire
    23 mars 2009

Dernière mise à jour : mardi 10 septembre 2019 | Statistiques des visites : 0 aujourd'hui - 1500 hier - 1181845 depuis le début