FSU 44
Tel : 02.40.35.96.55
Fax : 02.40.35.96.56
Courriel : fsu44@fsu44.org

Maison des syndicats
8, place de la Gare de l'Etat
44276 Nantes Cedex 2
Accueil du siteSection départementale de Loire-AtlantiqueEducation - Loire Atlantique
Comité Technique Spécial Départemental
CTSD DU 13/10/2015 : DÉCLARATION DE LA FSU 44



Une rentrée des classes sous tension

Contrairement à ce que claironne la ministre, la rentrée scolaire s’est faite dans de mauvaises conditions, particulièrement dans notre département.

Pour le premier degré, la rentrée ressemble aux précédentes car la dotation en moyens ne permet pas une amélioration qualitative des conditions de travail des personnels. La FSU a approuvé les créations de postes de remplaçants, secteur déficitaire mais elles cachent d’autres réalités plus douloureuses : postes de RASED supprimés et toujours pas rendus, marchandage en CTSD pour choisir l’école qui va ouvrir faute de moyens suffisants, absence de formation continue permettant aux enseignant-es de redonner du sens à leur métier, etc.

Dans le second degré, la montée des effectifs a été encore plus mal anticipée que lors des rentrées précédentes. Dans de nombreux établissements les classes sont surchargées souvent au seuil d’ouverture ou très proches. Certains établissements les dépassent même en 6ème (28,2 élèves à Héric, 29,7 à Jules Verne ou 28,8 à Treillières) ; d’autres proposant des dispositifs adaptés (allophones, ULIS) refusent des inscriptions tardives car faisant déjà le plein ou bien des collègues se retrouvent à encadrer 32 élèves dans leur discipline ; les lycées voient leurs effectifs exploser et des enseignements regroupant des élèves de différentes classes ont lieu devant des effectifs à 36. L’absence de dédoublements dans de nombreuses matières rendent impossible l’usage des salles multimédias souvent dimensionnées pour 18 élèves Dans certains collèges, les salles de classe ne sont pas dimensionnées pour accueillir des effectifs dépassant les 24 élèves.

La question des moyens est au cœur de notre métier et de la réussite de tous les élèves. Baisser le nombre d’élèves par classe est la première mesure à mettre en place. Ensuite viendront des mesures pédagogiques à même de renforcer nos pratiques telles que « plus de maîtres que de classes ». Il faut donc sortir de cette logique comptable et faire de l’École une réelle priorité. Et vraiment créer les 60 000 postes promis d’ici 2017.

Un dialogue social qui continue de se dégrader

Nos remontées des établissements du second degré continuent de faire apparaître une dégradation des relations entre direction et personnels dans de nombreux établissements. Des collègues font part de pressions récurrentes pour réaliser des tâches pour lesquelles ils ne sont pas volontaires ou accepter des heures supplémentaires.

La FSU vous avait demandé de rappeler aux chefs d’établissement le respect des procédures réglementaires (tenue des instances et surtout vote de la ventilation de la DGH). Quels retours avez-vous ?

Parfois, alors que la structure a été votée, le chef d’établissement la remet en cause comme au collège Petite Lande : le principe de groupes de sciences à 24 avait été retenu lors du vote de la DGH, mais le chef d’établissement a augmenté la taille de ces groupes pour faire face à la pénurie de professeurs dans ces matières. Alors même que les salles de sciences sont configurées pour 24 élèves.

Réforme des collèges et programmes

La FSU poursuit son combat contre une réforme des collèges décidée par un gouvernement largement ignorant des réalités de l’enseignement aujourd’hui. Encore une fois, elle est largement idéologique et est loin de répondre aux difficultés du collège. Elle masque son véritable objectif d’économies budgétaires sous un habillage faussement pédagogique et modifiera profondément le fonctionnement des collèges au détriment tant des élèves que des personnels.

Sur les SEGPA

La circulaire n’en est encore qu’au projet et prévoit de réaffirmer la structure à 4 divisions et l’orientation en 6ème SEGPA. Pourtant, la DGESCO annonce déjà à Nantes la suppression de la 6ème SEGPA à la rentrée 2016. Si l’inclusion est inscrite dans la loi d’orientation Peillon, elle n’est en aucun cas le remède miracle à l’échec et ne peut donc remplacer l’enseignement adapté, sa spécificité et ses personnels.

Nous le disons très fermement, la FSU refusera, y compris par la grève, toute forme de démantèlement de la SEGPA, toute expérimentation qui remettrait en cause l’enseignement adapté dans les collèges. Ce refus est celui de la très grande majorité des personnels. Vos documents caractérisent des classes de SEGPA à double niveaux, nous réaffirmons notre opposition à ce type de classe, improbable dans les collèges Jules Verne et Guisth’au mais présentes en SEGPA. Les élèves de SEGPA sont des élèves à part entière du collège, donc chaque niveau doit être unique.

Une formation initiale et continue en déshérence

L’accompagnement des stagiaires est défaillant. Il manque 2 postes de formateurs sur 5 nécessaires pour respecter la maquette de formation prévue pour les stagiaires. 800H d’enseignement ne sont ainsi pas assurées à des M1 ou M2 qui ne reçoivent pas la contrepartie des droits qu’ils ont versé pour s’inscrire à l’université. Les 3 formateurs sont en fait des doctorants (des jeunes non titulaires par définition peu expérimentés enseignent à d’autres non titulaires), de sorte qu’ils ne peuvent pas statutairement effectuer de visites : des stagiaires sont ainsi laissés à eux-mêmes. Belle formation en alternance ?

200 stagiaires manifestaient leur mécontentement devant l’ESPE le mois dernier. D’autres ont démissionné ou ont été en arrêt maladie suite au stress de la rentrée.

La formation continue, exsangue, tend devenir verticale :

  • elle est souvent rendue obligatoire indépendamment de toute analyse des besoins de personnels ;
  • elle relaie souvent une pensée unique ;
  • elle tend à caporaliser les collègues.

La FSU dénonce les pressions exercées sur les chefs d’établissement pour qu’ils trouvent des collègues formateurs (pour la mise en place de la réforme des collèges) et celles des chefs d’établissement sur les collègues pour qu’ils se portent volontaires.

Une précarité des personnels qui s’accentue

Ce que vivent les AESH en ce moment est le symbole d’une politique qui écrase les plus faibles, les plus précaires au prétexte que l’État doit baisser ses dépenses. Diminuer la quotité horaire donc le salaire des AESH est indigne. Nos collègues sont en colère face à ce mépris et l’exprimeront avec la FSU mercredi 14 octobre devant les grilles, sûrement fermées, du rectorat. Dans les collèges REP+, les AED sont les oubliés de la mise en place de cette configuration et ne bénéficient pas des pondérations versées aux enseignants alors qu’ils sont face aux mêmes publics. Le choc de simplification qui profite aux entreprises mais pas aux précaires a même conduit des AED, dont certains en renouvellement, à ne pas être payés faute d’avoir fourni des justificatifs nouvellement demandés.

En conclusion

La politique libérale menée par le gouvernement Valls dont l’élément majeur est le pacte de responsabilité fragilise les services publics et leurs personnels, titulaires commecontractuels. La logique gestionnaire prime sur l’humain qui disparaît derrière les chiffres. A force de réduire les postes à tous les niveaux, notre institution dysfonctionne de plus en plus. Cette politique connaît une opposition constante et ces dernières semaines ont été marquées par de nombreuses manifestations : Air France où les salarié-es refusent un énième plan de suppression d’emplois (mais on dit aujourd’hui de modernisation ou de sauvegarde de l’emploi), le 17 septembre contre la réforme des collèges, le 8 octobre journée d’action interprofessionnelle, le 10 manifestation nationale contre la réforme du collège, … A force de frayer avec un MEDEF cupide et rétrograde (voir le discours du PDG d’Air France sur les acquis sociaux), Hollande, Valls et Macron oublient les réalités sociales vécues par les salarié-es en France.

 

Publié le mercredi 14 octobre 2015  par FSU 44
popularité : 17%
Dernière mise à jour : vendredi 12 avril 2019 | Statistiques des visites : 803 aujourd'hui - 953 hier - 1062559 depuis le début