FSU 44
Tel : 02.40.35.96.55
Fax : 02.40.35.96.56
Courriel : fsu44@fsu44.org

Maison des syndicats
8, place de la Gare de l'Etat
44276 Nantes Cedex 2
Accueil du siteActualités
CONTRE LA LOI TRAVAIL XXL,
CONTRE LA LOGIQUE COMPTABLE DESTRUCTRICE DES SOLIDARITES



Suite à l’élection du président Macron en mai dernier, la FSU de Loire-Atlantique a voulu dès les premières semaines d’exercice du gouvernement produire des éléments d’analyse des choix politiques qui déjà se profilaient, et qui, malgré une stratégie politique de mise au silence, étaient connus et prévisibles. Des communiqués ont été ainsi produits mettant le focus sur des points clés de cette politique qui, dans la continuité de celles menées depuis des décennies, s’inscrit dans les doctrines financières internationales, cherchant à déréglementer toujours plus au profit des lobbies, des patrons et de leurs actionnaires. L’assemblée générale qui s’est tenue début juillet avait pour objectif d’ouvrir un espace de dialogue pour creuser ces analyses, sur les retraites, la fonction publique, la CSG, l’état d’urgence … mais aussi pour imaginer des outils de mobilisation.

La grève prévue pour le 12 septembre contre la Loi travail XXL a été l’occasion pour l’intersyndicale CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF de Loire Atlantique de se retrouver afin de croiser les positionnements de chacun. Dès juillet, la FSU de Loire Atlantique a décidé de se joindre à cet appel, tout en regrettant la manière dont la CGT nationale avait en solo décidé de la mobilisation. Il en a été de même pour Solidaires et l’UNEF, seule FO souhaitant attendre la teneur des « concertations » avec le gouvernement. Unanimement l’intersyndicale n’avait alors pas souhaité produire de communiqué sans la SD FO, préférant attendre pour leur laisser le temps de juger comment évoluait la position de leur secrétariat national.

En cette période de rentrée sociale, le bureau de la FSU de Loire Atlantique a donc estimé nécessaire de communiquer auprès de ses adhérents et sympathisants , dans l’esprit de ce qui a été entamée en mai, sur la situation politique aujourd’hui, et sur la gravité des réformes qui sont en train d’être légiférées dans le « secret des dieux » et dans la confusion entre « concertation » et dialogue social. La ligne est pourtant là, avec un programme qui détruit toujours plus les droits des salariés, des retraités, des privés d’emplois et des jeunes, avec les ordonnances comme tempo de galère.

  • Une loi travail XXL qui va faciliter les licenciements, qui va réduire les capacités d’expression et de défense des salariés en fusionnant les instances représentatives des personnels (et en particulier en supprimant les CHSCT, si difficilement acquis dans la fonction publique). Ces réformes du droit commun sont destinées à être dupliquées dans la fonction publique : suppression des régimes spéciaux hérités du droit public du travail, remise en cause du statut de titulaire vers le CDI
  • Une réforme de l’assurance chômage et de l’assurance maladie avec la suppression des cotisations sociales « compensée » par la hausse de la CSG, ce qui signifie le transfert des d’une part importante des cotisations auparavant payées par l’employeur vers un impôt payé pour l’essentiel par les salariés, une partie des retraités et des chômeurs.
  • Des retraites malmenées par la fin du système par répartition, la fin des régimes spéciaux et l’augmentation de la CSG
  • L’obsession de la réduction et de la privatisation des emplois et des politiques publics : suppression de 120000 postes dans la fonction publique, suppression brutale des contrats aidés qui, s’ils sont discutables car ils réduisent la masse salariale, va fragiliser des personnes déjà précarisées et mettre à mal des politiques publiques sans compensation ni véritable politique d’emplois décents
  • La diminution de l’APL de 5 euros par mois, qui cache une politique de cadeaux au secteur privé du logement, et va encore une fois toucher les plus démunis, les jeunes et les retraités.

Ce gouvernement, dont la légitimité est mise à mal par une impopularité croissante, veut faire passer en force un projet de société qui tourne le dos aux principes fondateurs de notre démocratie. Ce projet n’est pas de progrès mais de régression des droits et des solidarités. Cette analyse, la FSU de Loire Atlantique la partage avec d’autres organisations syndicales de Loire Atlantique, en toute indépendance lucide.

La FSU de Loire Atlantique considère que la première mobilisation du 12 septembre est de nature à constituer une première étape de réaction face à un gouvernement qui organise par ordonnances et fausses concertations la régression sociale.

LE MARDI 12 SEPTEMBRE 2017
LA FSU DE LOIRE-ATLANTIQUE APPELLE A LA GREVE ET A REJOINDRE LES ORGANISATIONS SYNDICALES MOBILISEES CONTRE LA LOI TRAVAIL ET LES REFORMES ANTISOCIALES QUI L’ACCOMPAGNENT

LE MARDI 12 SEPTEMBRE

SOYONS NOMBREUX A MANIFESTER

  • A NANTES - 14H30 PLACE DU COMMERCE
  • A SAINT NAZAIRE - 10H MAIRIE
  • CHATEAUBRIANT - 11H MAIRIE

 

Publié le jeudi 31 août 2017  par FSU 44
popularité : 41%
Dernière mise à jour : mercredi 8 novembre 2017 | Statistiques des visites : 0 aujourd'hui - 1124 hier - 531162 depuis le début